Au Café Curieux, Franck Claudon s’exprime en textile

[Mis à jour le 20/04/21 à 9h34] Jusqu’au 10 juillet 2021, le Café curieux, à Morsang-sur-Orge, accueille Franck Claudon et ses créations autour du tissu. L’artiste mêle dans ses œuvres, broderie et inclusion d’objet, où chaque chose a un sens.

Formé en stylisme et en maroquinerie, Franck Claudon a travaillé une vingtaine d’années dans ces deux secteurs d’activité. Artiste dans l’âme, il peignait déjà « depuis tout petit » en parallèle. En 2013, il franchit le pas et s’installe en tant qu’artiste à Sainte-Geneviève-des-Bois. « Je ne me voyais pas passer ma vie à faire des vêtements » avoue-t-il. S’il continue la peinture, Franck Claudon va surtout développer sa signature autour du textile. Et tout a commencé de façon fortuite.

"Corde sensible" témoigne de la dextérité de Franck Claudon qui défie la notion du temps. Photo LC-M'Essonne
« Corde sensible » témoigne de la dextérité de Franck Claudon qui défie la notion du temps. Photo LC-M’Essonne

Une broderie minutieuse

« L’appartement mitoyen au mien a brûlé et nous avons dû déménager, raconte-t-il. J’ai donc ressorti toutes mes vielles affaires en tissu. » Inspiré par ces trouvailles, Franck Claudon va alors se « réapproprier les techniques » qu’on lui avait enseigné, en travaillant sur de vieux tissus notamment. « Ça permet de se libérer, d’aller plus loin et de dire plus de choses qu’en peinture » explique l’artiste. Franck Claudon manie plusieurs techniques autour du tissu, comme le modelage ou la broderie. Il brode d’ailleurs, de façon très fine et précise, des mots, des phrases, mais aussi de petites perles ou des paillettes. Par milliers. Sa « Corde sensible », mesurant trois mètres de long et entièrement constituée de petites perles nacrées, est un bel exemple de sa dextérité et de sa précision.

"La camisole" de Franck Claudon cache le trésor intérieur. Photo LC-M'Essonne
« La camisole » de Franck Claudon cache un trésor intérieur. Photo LC-M’Essonne

Des paillettes

Si l’artiste aime à broder des paillettes, il les considère comme « du maquillage, un moyen de cacher des choses, car, dit-il, ce n’est pas parce que cela brille que c’est heureux ». Parfois, ces paillettes d’apparat sont cachées par un monstre d’austérité extérieure. C’est toute la signification de son « Fou » . Cette œuvre, conçue en hommage à Camille Claudel qui avait été internée pendant plusieurs dizaines d’années, a l’apparence d’une camisole en tissu de lin. L’intérieur de l’objet, brodé de paillettes de toutes les couleurs contraste avec cette « peau rugueuse », symbolisant « le trésor caché à l’intérieur des gens ».

L'intérieur de la camisole a été réalisé pendant le premier confinement, en 2020. Photo LC-M'Essonne
L’intérieur de la camisole a été réalisé pendant le premier confinement, en 2020. Photo LC-M’Essonne

L’interprétation du temps

Le temps est aussi une notion omniprésente dans le travail de Franck Claudon. Tout d’abord, parce que la réalisation de chaque pièce en demande beaucoup, mais aussi et surtout parce qu’il utilise des tissus anciens. Sa composition « Pièces rapportées », dédiée à sa mère, explore un peu plus la notion du temps qui passe. « C’est un dialogue muet avec ma mère atteinte de Parkinson » explique l’artiste. Pour ce faire, il a utilisé des matières premières qui appartenaient à sa mère : les tiroirs de sa couturière, de vieux torchons, son carnet d’épingles… La sensibilité à fleur de tissu.

"J'oublie peut-être..." : dialogue muet avec sa mère atteinte de la maladie de Parkinson. Photo LC-M'Essonne
« J’oublie peut-être… » : détail de « Pièces rapportées » de Franck Claudon, conçu comme un dialogue muet avec sa mère atteinte de la maladie de Parkinson. Photo LC-M’Essonne

[Mise à jour du 22/04/2021 à 8h02] Un entretien vidéo avec l’artiste, au sujet de l’exposition Fil-amant, est disponible sur Youtube sur ce lien.

« Les textiles parlent avec les textiles »
Les personnages en tissu de Maurice accompagnent les œuvres textiles de Franck Claudon. Agnès, de son vrai prénom, conçoit ses poupées comme des « objets d’expression privés ».
Çà et là, sur les murs du Café curieux, elles font écho au travail de l’artiste invité. « Les textiles parlent avec les textiles », constate Maurice. En 2019, elle avait participé à l’exposition « Trip’ chiffon » au même endroit.

Maurice, alias Agnès, expose ses personnages aux côtés des oeuvres de Franck Claudon.
Maurice, alias Agnès, expose ses personnages aux côtés des oeuvres de Franck Claudon.

En pratique :
Exposition Fil-amant avec l’artiste Franck Claudon, jusqu’au 10 juillet 2021 au Café curieux – 2 bis rue Colas 91390 Morsang-sur-Orge.
Visite sur rendez-vous les jeudis matins au 06.31.77.80.22
Plus d’informations sur le site internet du Café Curieux, http://leblogducafecurieux.blogspot.com/
Découvrir Franck Claudon : www.franckclaudon.com

Photo de Une : Franck Claudon devant « Pièces rapportées », sa composition construit comme un dialogue avec sa mère. Photo LC-M’Essonne

Les derniers articles :

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Faîtes-en profiter vos proches.