Arts et culture

Belle Védhère, un frère et une sœur en harmonie

Benjamin et Charlotte Bedhouche, frère et sœur à la ville, deviennent Belle Védhère sur scène. À deux ou en quintet, leur musique sonne comme la douceur d’un matin d’été. Rencontre avec ce duo originaire de Corbeil-Essonnes.

Chapeau de velours pour elle, guitare pour lui, Benjamin et Charlotte Bedhouche chantent à l’unisson à la manière d’Angus et Julia Stone, un duo fraternel folk venu d’Australie. Charlotte et Benjamin, eux, sont de l’Essonne et viennent de sortir un single live studio, une reprise d’Alela Diane, « Oh! My mama » ; une ode à la filiation et à la musique. Une chanson qui fait sens avec Belle Védhère.

Une passion née à la MJC de Corbeil

Ils ont grandi à Corbeil-Essonnes, là où leur passion pour la musique est née. « J’ai fait mon apprentissage de la musique à la MJC de Corbeil, se souvient Charlotte. J’ai fait de la basse et du chant, dès 15 ans. » Son frère, au même âge, commençait la guitare en autodidacte puis il a rejoint la même MJC à l’âge de 19 ans. Charlotte a été membre d’un groupe de reprise avec « des potes de la fac d’Évry ». Benjamin, lui, jouait dans le groupe « néo-guinguette exotique 100 % essonnien » Métro Lutèce. Ils ont ensuite éprouvé l’« envie de se rejoindre musicalement » explique Benjamin. C’est ainsi qu’est né Belle Védhère.
Si, depuis 2020, ils sont accompagnés de David, Simon et Antonin, respectivement au clavier, à la batterie et à la basse, Benjamin et Charlotte sont les figures emblématiques du groupe.

Le groupe Belle Védhère (Essonne).
Belle Védhère en quintet. Photo (c) Belle Védhère

Du duo au quintet

Charlotte se dit « passionnée par le chant », plutôt influencée par la pop folk. Son frère, lui, préfère les sons « assez ricains, très anglophones ». Ensemble, ils travaillent sur l’harmonie de leurs voix et mélangent leurs influences. « Au début nous étions en duo puis on a trouvé un bassiste. Maintenant, nous sommes en quintet depuis 2020. […] Il y a quatre voix avec les chœurs » expliquent-ils. « On travaille toujours les compos ensemble [Charlotte et Benjamin, N.D.L.R] et ensuite on passe à une composition collégiale » décrypte Benjamin avant d’ajouter « on reste les guides sur la compo et la voix. »

« Pouvoir faire de la musique avec sa sœur est une expérience unique. »

Belle Védhère a sorti son premier EP cinq titres, Foolish hunt, fin 2020, puis trois clips qui se déroulent comme « une histoire en trois chapitres » explique Charlotte.

Accompagné par la MJC de Palaiseau depuis l’an dernier, Belle Védhère est passé par la scène de musiques actuelles Paul B. à Massy, au Rack’Am à Brétigny-sur-Orge et a donné un concert bucolique dans le parc du château de Chamarande en septembre dernier. Ce concert était le premier dans leur configuration à cinq. Leur musique se prête aussi aux scènes intimistes, alors le groupe s’adapte en fonction. Dans tous les cas, le duo frère-sœur reste indéfectible. « Pouvoir faire de la musique avec sa sœur est une expérience unique » confie Benjamin Bedhouche. Voilà la plausible origine de la lumière et de la sérénité de leur musique.

Belle Védhère
Sur Facebook et sur Instagram

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page