Bruno Chéron fait pièce de tout bois

À Cerny se trouve l’un des rares tourneurs sur bois de l’Essonne et alentours. Bruno Chéron fabrique pots, boîtes et saladiers de toutes sortes, mais il s’est surtout spécialisé dans la création de stylos.

Cela fait bientôt dix ans que Bruno Chéron a découvert le tournage sur bois. Il s’est initié à cette activité auprès de l’association des Passionnés du bois d’Île-de-France, et ce qui était « juste une occupation » est devenu une passion. « C’est eux qui m’ont appris. Après, j’ai donnée des cours pendant deux ou trois ans à l’association », explique l’artisan. Basé à Cerny, Bruno partage son temps entre son travail de chauffeur routier et la fabrication d’objets en bois.

Bruno Chéron tourneur sur bois à Cerny (Essonne)
Bruno Chéron tourneur sur bois à Cerny (Essonne). Photo LC – M’Essonne

Il utilise de nombreuses essences de bois comme le noyer, le tilleul, l’if, le poirier, les bois exotiques ou le cèdre, par exemple, et connaît chaque caractéristique et utilisation possibles de ces matières premières. De même que « le platane est trop fragile », il explique que « les bois exotiques doivent reposer un mois avant d’être travaillés » pour ne pas qu’« ils éclatent ». Bruno fabrique des saladiers, des boîtes et des pots, à partir notamment des troncs d’arbres qu’il achète auprès d’une scierie, dans l’Yonne.

Bruno Chéron tourneur sur bois à Cerny (Essonne)
Exemple de réalisation d’un saladier, avec le morceau de bois brut correspondant. Photo LC-M’Essonne

-> Sommaire du dossier Coup de projeteur sur l’Essonne créative

Au milieu de son atelier trône un tour qui pèse près de 200 kilos. L’artisan y fixe les billots de bois prédécoupés en fonction de ce qu’il souhaite fabriquer : de grands cubes pour les saladiers et des carrelets pour les stylos. Les chûtes de bois non utilisées sont précieusement conservées pour réaliser des objets plus petits comme des bonhommes, des photophores ou des stylos supplémentaires. « J’optimise au max pour perdre le moins de bois possible » commente Bruno Chéron.

Cet article est réservé aux lecteurs enregistrés. Vous aussi, abonnez-vous pour profiter du magazine en intégralité.

S’identifierS’abonner

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Faîtes-en profiter vos proches.