Rattrapage virtuel pour les expositions de Malo et Pierre Scholla à Chamarande

Le château de Chamarande a accueilli, entre janvier et mars 2021, deux expositions remarquables : les photographies d’Eric Maloberti et les peintures de Pierre Scholla. Si la fermeture des lieux de culture ont privé les Essonniens de cette visite, le numérique vient à leur secours.

Les deux expositions accrochées depuis janvier au domaine départemental se sont terminées le 21 mars 2021. Une visite virtuelle est désormais disponible en ligne pour découvrir les photographies d’Eric Maloberti et les peintures de Pierre Scholla. Les deux artistes, qui vivent et travaillent en Essonne, ont une démarche spirituelle dans leurs œuvres, où tout est parfaitement orchestré.

Voir la visite virtuelle des expositions

Les expositions Faces cachées et Cosmos n’ont pas pu recevoir du public. Une visite virtuelle est désormais disponible en ligne. Photo LC-M’Essonne

L’être et le paraître selon Malo

À travers l’exposition « Faces cachées », Eric Maloberti, dit Malo, revient sur une dizaine d’années de travail. Le photographe de Brunoy compose de véritables tableaux, mis en scène pour raconter une histoire. Faces cachées comporte plusieurs séries photographiques qui bénéficient chacune de leur espace dans le château. L’aristocratie, le poids des conventions, les excès, la vanité sont les thématiques phare de cette exposition.

Une vie de château, 2015, par Malo.
Une vie de château, 2015, par Malo.


Les séries exposées : « Les pleureuses » et ses portraits de femmes en larmes ; « La vie ordinaire d’un homme invisible », dans une famille des années 1950 où le père travaille et n’est jamais vraiment présent ; « Une vie de château » où Malo dénonce la nature prédatrice de l’homme en l’affublant de têtes de fauve ; « Animalités » où s’opposent être et paraître ; « Sans dessus dessous » et l’ennui aristocratique ou encore « Vanitas vanitatum. Omnia vanitas ! *» où Malo met en scène une allégorie contemporaine de la vanité.
L’exposition Faces cachées se termine avec le portrait de Céline, cette femme tatouée des épaules aux pieds (photo de Une). Cette photo, tirée de la série « À fleur de peau », mêlant mise en scène du photographe et réalité de ce corps illustré, interroge une dernière fois sur l’être et le paraître.

Pierre Scholla peint le cosmos, il s'agit de figuration d'apparence abstraite. Photo LC-M'Essonne
Pierre Scholla peint le cosmos, il s’agit de figuration d’apparence abstraite. Photo LC-M’Essonne

Le mouvement du cosmos selon Pierre Scholla

Avec « Cosmos », le peintre Pierre Scholla mêle figuratif et abstrait au sein de ses interprétations planétaires. D’abord peintre de portraits puis de paysages de plus en plus épurés, il s’est tourné depuis une trentaine d’années vers la représentation du cosmos, avec ses révolutions et ses vibrations. Il a développé sa signature, entre abstrait et figuratif : sur fond noir, les planètes s’animent d’une couleur vive, le cosmos bouge par des filaments de peinture, des éclatements, des cercles, des gouttes… L’exposition Cosmos est un véritable voyage.

Le mouvement de l'univers est représenté sur son fond noir. Photo LC-M'Essonne
Le mouvement de l’univers est représenté sur son fond noir. Photo LC-M’Essonne


Né en 1928, Pierre Scholla vit et travaille à Corbeil-Essonnes. Ses œuvres font partie de nombreuses collections privées dans le monde. Il a été nommé Chevalier des Arts et des Lettres en 2004.

En pratique :
Les deux expositions sont terminées mais sont proposées en visites virtuelles sur ce lien : www.v36.fr/visite-virtuelle/210310-Chamarande/

* Vanité, vanités. Tout est vanité !

Photo de Une : Portrait de la série A fleur de peau par le photographe Malo. Photo LC-M’Essonne

Les derniers articles :

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Faîtes-en profiter vos proches.