Sur le vif à Lesbos ou au Kazakhstan : les femmes d’ailleurs investissent le Val Fleury

[Mis à jour le 17/11/2020 à 9h30] Jusqu’au 20 décembre, le Val Fleury, à Gif-sur-Yvette, accueille non pas une, mais deux expositions photographiques. Dans « Femmes d’un monde à l’autre », le centre culturel fait le pont entre les femmes réfugiées de Marie Dorigny et celles, perdues dans les grands espaces de l’Asie Centrale, de Claudine Doury. Une exposition désormais visible sur le site internet du service culturel.

Le noir et blanc, et la couleur ; l’immortalisation d’un instant précis et l’intemporalité d’une scène ; la gravité de l’histoire et l’apparente légèreté… Si, à première vue, les travaux photographiques de Marie Dorigny et Claudine Doury semblent très éloignés, ils sont finalement proches. Dans les deux cas, il s’agit d’« une femme à l’écoute des femmes », comme le souligne Bernard Minier, le commissaire de l’exposition.

Displaced, femmes en exil

En 2015, au lendemain de la parution de la photo choc d’Alan Kurdi, ce petit garçon kurde mort, échoué sur la plage, le Parlement européen commande à Marie Dorigny un reportage photographique. Elle part plusieurs semaines alors sur l’île grecque de Lesbos pour immortaliser ces femmes réfugiées venue chercher l’asile en Europe.

Une famille afghane tout juste arrivée sur les plages de Lesbos, Grèce. © Marie Dorigny /M.Y.O.P
Une famille afghane tout juste arrivée sur les plages de Lesbos, Grèce. © Marie Dorigny /M.Y.O.P

« Pour raconter l’histoire avec un grand « H », il faut passer par les gens qui vivent cette histoire » – Marie Dorigny

Cet article est réservé aux lecteurs enregistrés. Vous aussi, abonnez-vous pour profiter du magazine en intégralité.

S’identifierS’abonner

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Faîtes-en profiter vos proches.