Entre Orge et Rémarde, un îlot de nature au cœur de l’Essonne

Ancienne carrière à ciel ouvert, le site de Trévoix a été transformé en bassin de retenue, alimenté par l’Orge et la Rémarde. Entouré de champs, celui que l’on appelle aussi « le lac d’Ollainville », est un havre de paix pour la biodiversité et les promeneurs.

L’Orge, sur la cinquante de kilomètres de son parcours, offre un bel écrin pour des balades au vert. De Bruyères-le-Châtel aux portes d’Arpajon, la Rémarde jouxte la rivière et les deux cours d’eau forment ainsi un îlot de nature en plein cœur de l’Essonne. Focus sur une escapade, du bassin de Trévoix au parc de l’eau.

Le grèbe huppé peut s'observer facilement. photo Waldemar Zielinski Pixabay
Le grèbe huppé peut s’observer facilement. Photo Waldemar Zielinski – Pixabay

Quatre kilomètres de nature

Le bassin de Trévoix s’étend sur vingt-six hectares, dans un site qui en compte en tout quarante-cinq. L’abondante végétation et les zones humides en font une aire de prédilection pour la faune : poules d’eau, grèbe huppé, libellule, cygnes… Certaines zones (des espaces naturels sensibles protégés) sont même volontairement laissées à l’abandon pour que la nature fasse son œuvre de façon naturelle, d’où certains périmètres chargés de bois mort, ô combien bénéfique pour la biodiversité.
Un chemin de sable, large et plat, permet de faire le tour du bassin sur près de quatre kilomètres. En chemin, quelques tables de pique-nique, de nombreuses zones dédiées aux pêcheurs et de beaux points de vue sur la retenue, en font un site qui plaît au plus grand nombre, aux petits comme aux grands !

Des zones de pêche sont accessibles mais le site est aménagé au minimum pour préserver son sauvage. Photo LC-M'Essonne
Des zones de pêche sont accessibles, mais le site est aménagé au minimum pour préserver son sauvage. Photo LC-M’Essonne

Une curiosité à voir sur le site : la pierre Beaumirault. Cette roche plantée dans le sol est un menhir datant du néolithique (entre – 6000 et -2200). Il est classé aux titres des Monuments historiques depuis 1978.

Le Parc de l’eau

À l’est du bassin de Trévoix, le chemin continue jusqu’aux portes d’Egly. Une fois la route d’Ollainville traversée, s’offre de l’autre côté, un sentier dirigeant vers la ville d’Arpajon. Moins boisé que celui entourant la retenue d’eau, il offre un cadre plutôt champêtre… Et il n’est pas rare que quelques vaches regardent les promeneurs passer ! Longeant l’Orge, le chemin est parsemé de quelques ponts récemment aménagés et mène jusqu’au Parc de l’eau, au bout d’un bon kilomètre. Jouxtant la station d’épuration du Syndicat de l’Orge, qui traite l’eau de vingt communes, ce parc a été créé dans les années 2010 sur l’emplacement d’une fabrique de peinture. Autre curiosité de cette échappée entre Orge et Rémarde : l’eau de la cascade est issue de l’épuration de la station.

Le cheminement jusqu'au parc de l'eau est assez récent. Photo LC-M'Essonne
Le cheminement jusqu’au parc de l’eau est assez récent. Photo LC-M’Essonne

En pratique :
Cette balade est accessible en RER C, depuis la gare d’Egly. Le stationnement peut se faire le long de la route d’Ollainville/rue d’Egly (en dessous de la gare), ou depuis le parking du Moulin de Trévoix, à Bruyères-le-Châtel.
Site accessible pour tous.

Les derniers articles :

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Faîtes-en profiter vos proches.