Arts et culture

Entretien avec Yan Morvan, le photographe de « Ceux de Corbeil »

Durant l’année 2020, le photo-journaliste Yan Morvan a choisi d’immortaliser les habitants de Corbeil-Essonnes. Sa résidence pour le festival L’œil urbain s’inscrit dans une démarche sociétale. La série « Ceux de Corbeil » ne dépeint pas seulement des hommes et des femmes du quotidien, mais aussi une époque.

À la Commanderie Saint-Jean, il y a Corinne, l’infirmière de 62 ans ; Ftimata, du quartier des Tarterêts ; Henri, le rockeur ; Olivier, l’ouvrier de l’imprimerie Hélio ; Nathalie, la restauratrice reconvertie en serveuse ; la famille Constantin venue de Roumanie… Leurs portraits en noir et blanc, grandeur nature, s’imposent au regard par leur taille, mais aussi parce qu’ils fixent dignement l’objectif. À côté de leurs portraits, un petit questions-réponses dans lequel ils dévoilent un morceau de leur existence. Eux, ce sont « Ceux de Corbeil », ceux que le photo journaliste Yan Morvan a photographié chez eux, dans leur quartier ou sur leurs lieux de travail. La cinquantaine de portraits d’habitants de Corbeil-Essonnes est le fruit de la résidence photographique 2020 proposée par L’œil urbain et menée par Yan Morvan.

« Je ne connais pas la ville, ça ne m’intéresse pas. Ce sont les gens qui m’intéressent. Les paysages, pour moi, ce sont des décors », explique le photographe.

Yan Morvan a débuté sa carrière en 1974, a immortalisé les conflits au Liban, au Rwanda, en Irlande du Nord, notamment, a photographié les punks, la prostitution… Mais, au long de l’année 2020, c’est à Corbeil-Essonnes qu’il a usé du flash.

« Ce sont les gens qui m’intéressent. Les paysages, pour moi, ce sont des décors. »

Yan Morvan

« C’est ma première résidence, je n’avais jamais fait cela car je n’ai pas une démarche d’artiste, explique-t-il. J’ai l’habitude de photographier des marginaux, que ce soit la guerre, les gangs, le sexe, et cætera. Je me suis souvent retrouvé avec des personnages « mode » dans mes images et là, j’avais des personnages du quotidien. Et je me suis dit : est-ce que je peux sortir quelque chose de cela ? Parce que la photographie est aussi un challenge. »

Cet article est réservé aux lecteurs enregistrés. Vous aussi, abonnez-vous pour profiter du magazine en intégralité.

S’identifierS’abonner

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Bonjour, nous pouvons vous offrir quelques articles en consultation libre grâce à l'affichage de publicités. Beaucoup d'entre elles sont celles d'entreprises locales. Merci de désactiver votre bloqueur de publicité ou de souscrire à un abonnement au magazine. Bonne lecture sur M'Essonne !