Laurence Fossati expose sa conception féminine à Milly

Jusqu’au 15 octobre, l’espace culturel du Moustier accueille Conception féminine – Le tour de la femme, par Laurence Fossati. Plus qu’une série de portraits, l’exposition est un faire-valoir de la part de féminité vivant en chacun de nous et prône l’équilibre homme-femme.

Quel est le point commun entre Marilyn Monroe, Jeanne d’Arc, Marie Curie ou Camille Claudel ? Outre le fait d’être entrées dans l’histoire, ce sont des femmes qui ont dû se battre pour « imposer leur sensibilité dans une société masculine » et ont participé à la reconnaissance de quelques hommes, artistes, scientifiques, politiques… L’artiste peintre Laurence Fossati les a choisies comme symbole d’une dualité entre le masculin et le féminin présents en chaque être humain. Avec son exposition Conception féminine – Le tour de la femme, loin de délivrer un message féministe militant, elle propose d’explorer « l’équilibre homme-femme ». « C’est un message vers l’unité de nous-même, commente Laurence Fossati. Nous avons chacun cette polarité masculine et féminine. »

L’artiste a dédié le portrait de Niki de Saint Phalle à Milly-la-Forêt, terre de Jean Cocteau. Sur sa chaîne Youtube, Laurence Fossati diffuse notamment des lectures des textes de Paul H Barre.

Camille Claudel comme point de départ

L’artiste a commencé la série de portraits peints à l’huile en 2013, mais elle avoue avoir eu l’idée du concept vers l’âge de dix-neuf ans. La première femme dont elle a exécuté le portrait est Camille Claudel, la collaboratrice du sculpteur Auguste Rodin. « C’est l’exemple type d’une société patriarcale qui castre le côté créatif » décrypte Laurence Fossati. Le texte de Paul H Barre, indissociable du portrait coloré de Camille Claudel, éclaire un peu plus sur le combat de l’artiste morte dans l’indifférence en 1943. Comme Auguste Rodin n’aurait pas été le grand sculpteur que l’on connaît sans Camille Claudel, l’être humain ne serait rien sans un équilibre de ses atouts masculins et féminins. 

[…] L’élève devient collaboratrice, inspiratrice, et bientôt créatrice à côté du maître. Il le reconnaît : « je lui ai montré où trouver de l’or, mais l’or qu’elle trouve est bien à elle ». Et bientôt Rodin la gêne. Il attire la lumière et monopolise les commandes. […] Elle abandonne son maître car il la retient, il la leste, il s’en sert. Libérée, elle s’envole et laisse ses dons uniques s’exprimer […] Elle connaît alors la misère d’un artiste sans commande, le froid de l’atelier trop vide […] elle meurt seule, pauvre et affamée.
Texte de Paul H Barre pour le portrait de Camille Claudel

Une exposition vouée à devenir itinérante

Laurence Fossati peint ses portraits au fil de sa vie, en écho à des ressentis qui la traversent ou des expériences qui la marquent. Elle sait déjà que Rosa Bonheur rejoindra bientôt la collection. Douze toiles de la série sont exposées à l’espace culturel du Moustier et accompagnées des textes de Paul H Barre. L’artiste souhaite que son exposition qui « concerne tous les humains », se déplace de salles en salles pour porter son message. Exposée jusqu’au 15 octobre à Milly, elle attend des propositions pour la suite. À bon entendeur.

Laurence Fossati - Photo LC (1)
D’autres œuvres de Laurence Fossati sont exposées dans la crypte – Photo LC

En pratique

Conception féminine – Le tour de la femme

Jusqu’au 15 octobre à l’espace culturel du Moustier, 47 rue Langlois, 91490 Milly-la-Forêt
Du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30 / entrée gratuite
Laurence Fossati : www.laurencefossati.fr

Les derniers articles :

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Faîtes-en profiter vos proches.