Au Square Surcouf à Grigny, le design au service du tri sélectif

Des peintures au sol ont fait leur apparition au Square Surcouf, à Grigny. Inspirées du Bauhaus, ces formes épurées ont pour but d’aider l’intégration et l’utilisation des nouvelles bornes enterrées de tri sélectif. Et ce projet ludique est à destination des plus jeunes.

Une douzaine d’entrées d’immeuble se sont parées de motifs aux inspirations ethniques, à Grigny. Ces « tapis » peints en blanc à même le sol constituent le point de départ d’un cheminement constitué de lignes blanches et de formes plus ou moins géométriques parfois colorées. Plus qu’une œuvre artistique, ce projet est lié au chantier de requalification du quartier, et en particulier à l’installation des bornes enterrées de collecte des déchets.
« C’est un aménagement nouveau et on s’est demandé comment favoriser l’appropriation de ces bornes, explique Frédéric Manceau, le directeur général adjoint de la ville de Grigny. Il nous semblait utile de travailler sur le beau comme un outil fait pour inciter et faciliter la compréhension de ces aménagements. »

Les dessins démarrent devant douze bâtiments et se poursuivent jusqu'à la borne la plus proche. Photo La Constellation
Les dessins démarrent devant douze bâtiments et se poursuivent jusqu’à la borne la plus proche. Photo La Constellation

Un projet pour les enfants

Privilégiant une réalisation ludique et artistique à une signalétique classique, la compagnie La Constellation en charge du projet, s’est rapproché de deux artistes designers et a travaillé avec les enfants du quartier. Des ateliers d’explication et de sensibilisation au tri des déchets ont précédé le chantier de peinture. Ce projet a été pensé pour les plus jeunes, car ce sont souvent eux qui ont la charge de descendre les poubelles, et ce sont eux aussi qui seront des passeurs auprès de leurs parents. Les formes peintes au sol offrent un cheminement en sécurité, tout en restant ludiques : certains y voient une marelle, d’autres un labyrinthe ou des lignes à suivre.

Exemples de cheminements ludiques crées. Photo La Constellation

Une allégorie des déchets

Stéphane Opéra et Taro Taroe, les deux designers spécialisés en art urbain contemporain, ont choisi de parler de déchets sans les montrer et de les synthétiser jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’une forme. « On a fait une allégorie. Pour nous, les déchets, c’est tout ce qui est cabossé et irrégulier donc nous avons entassé des formes irrégulières » explique Stéphane Opéra. Et c’est ainsi qu’une feuille de papier que l’on met en boule pour la jeter, se transforme sous l’imagination des deux designers, en une forme à facettes, par exemple.

Stéphane Opéra collabore très régulièrement avec taro T. Ils sont spécialisés dans l'art urbain contemporain et les décors de sol en milieu sportif. Photo LC-M'Essonne
Stéphane Opéra collabore très régulièrement avec Taro Taroe. Ils sont spécialisés dans l’art urbain contemporain et les décors de sol en milieu sportif. Photo LC-M’Essonne

À chacun de s’imaginer ce que pourraient être les dessins : une plume, une branche, une bouteille, un bol, une feuille… Les trois couleurs qui ponctuent les parcours – jaune, bleu et rouge – sont inspirées du Bauhaus et rappellent les couleurs au tri sélectif. Un projet tout en imagination, suggestion et pédagogie.

Les artistes ont travaillé à partir de photos prises en drone et de plans cadastraux. Photo LC-M'Essonne
Les artistes ont travaillé à partir de photos prises en drone et de plans cadastraux. Photo LC-M’Essonne

Photo de Une : LC-M’Essonne

Les derniers articles :

Les derniers articles :

Laisser un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Faîtes-en profiter vos proches.