Fête de la création et des métiers d’art : les coups de cœur de la rédaction

Depuis ce vendredi après-midi – et sous un soleil radieux – quatre-vingts artisans d’art exposent leurs œuvres au château de Saint-Jean de Beauregard. Parmi ce florilège de matières, de couleurs et de créativité, la rédaction a sélectionné ses quatre coups de cœur. Suivez le guide.

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

Le 1er salon d’une tisseuse d’or

Émilie Beaures d’Augères crochète des Mailles précieuses : « c’est un tissage de fil d’or et d’argent, à la main », explique-t-elle. Le fil est souple, son geste rapide et le résultat donne des bijoux à finement tissés. Mais il ne faut pas se laisser berner, ses bracelets, colliers et boucles d’oreilles sont beaucoup plus solides qu’il n’y paraît, « c’est le même principe que la côte de maille » commente Émilie Beaures d’Augères. La créatrice, qui a crée son atelier il y a un an, participe au château Saint-Jean de Beauregard, à son premier salon.
Mailles précieuses, Émilie Beaures d’Augères – Rueil-Malmaison (92) – www.emiliebeauredaugeres.com

Sculpter du neuf avec du vieux

L’univers de Cyril Varnier est fait de tous ces vieux outils ou ustensiles de cuisine abandonnés au fond d’une grange ou d’un atelier. Sous son action, des ciseaux deviennent oiseaux ; des limes à bois, lézards, et des passoires, lampes. « C’est l’outil qui me donne l’idée, confie le créateur, ou parfois j’adapte l’outil à la sculpture. J’ai une forge. » Ses objets, décoratifs ou utiles, sont destinés autant à l’intérieur qu’à l’extérieur : ils sont recouverts d’un anti-rouille.
Varnier Cyril – Ecriennes (51)

De l’art de travailler les plumes

Qu’elles soient de coq, d’oie, de perdrix ou de paon, Fabienne Fleury sait comment utiliser chaque plume de son atelier. Par exemple, la plume du biot d’oie (située sur les ailes) est « rigide et douce en même temps », décrypte Fabienne Fleury. La plumassière la décortique pour utiliser au mieux ses propriétés. Fabienne Fleury crée des bijoux et des accessoires de mode à la fois simples par leur matière première, mais sophistiqués par leur traitement et leur rendu esthétique, comme le plastron qu’elle expose et qui nécessite deux à trois jours de travail.

Fleury Fabienne – Saint-Gemain-en-Laye (78) – www.fabiennefleury.com

Les animaux s’invitent à table

Alberto et Véronique travaillent « à quatre mains ». Si lui est plus enclin à faire les motifs dessinés et la mise en couleurs ; elle, tourne l’argile et modèle les pièces. Sur chacun de leurs plats, tasses, assiettes ou pot, trône un petit animal. « Je n’ai aucun moule donc je passe mon temps à modeler les animaux, explique Véronique. Il faut être rapide car la terre sèche très vite. » Les pièces des céramistes sont ensuite cuites à 1300 degrés, acquérant résistance au lave-vaisselle et au micro ondes.
Aux mains d’argile – Véronique Plault et Alberto Garcia – Marcilly-sur-Maulne (37) – Sur Facebook Véronique-plault-ceramiste

La Fête de la création et de l’artisanat d’art du château Saint-Jean de Beauregard se poursuit encore jusqu’à dimanche, avec des animations.

Crédits photos : Lise Chastang – M’Essonne