Gometz-le-Châtel, une mémoire conservée

Occupée depuis la préhistoire, Gometz-le-Châtel était une place-forte féodale sur la route reliant Paris et Chartres. Grâce à une association locale et ses nombreuses recherches, son histoire est consignée dans le livre Gometz-le-Châtel – D’hier à aujourd’hui.

Adossée à la vallée du Valauron et regardant celle de l’Yvette, Gometz-le-Châtel jouit d’un relief pentu, comme en témoignent les nombreux escaliers pour accéder au vieux bourg. Celui-ci surplombe la ville actuelle et à son sommet trône l’église Saint-Clair, comme un emblème du riche passé historique de la commune.

Un livre qui retrace son histoire

Les plus anciennes traces de vie trouvées à Gometz-le-Châtel et ses alentours remontent à la période du néolithique, entre 5000 et 2000 avant J.-C.. Des outils en silex ont notamment été recueillis à l’occasion de travaux agricoles. La période gallo-romaine a laissé des traces plus importantes : tessons de poterie, monnaie, fossés, pierres de bâtiment… Les Parisii, peuplade gauloise, s’y sont installés dès le IIIe siècle.

Située sur la route reliant Paris à Chartres, la ville était une place-forte, à l’avant-garde de Paris éloignée d’à peine trente kilomètres : elle était située sur une ancienne motte castrale dont il ne reste plus de traces aujourd’hui. Le château médiéval fut détruit par Louis VI Le Gros en 1118 suite à des querelles entre Hugues de Crécy, seigneur de Gometz, et Milon de Monthléry, seigneur de Monthléry. Au XVIe siècle, les villageois demandèrent au roi Henri III de fortifier le village afin de le sécuriser ; quelques vestiges des murailles sont encore visibles dans le bourg.

Carte ancienne Gometz-le-Châtel
Le centre de Gometz-le-Châtel est pourvu de maisons bâties avant 1774 (en noir) et du début du XIXe siècle (hachures). En rouge se trouvent les parties encore visibles des fortifications.
Un historien local

L’association Mémoire castel-gometzienne, créée en avril 1996, a effectué de nombreuses recherches sur la ville et continue à faire vivre le passé à travers des visites guidées et des expositions. Elle a notamment édité Gometz-le-Châtel – D’hier à aujourd’hui qui n’est pas avare de détails et d’illustrations historiques. L’évolution des rues et des quartiers de Gometz-le-Châtel, son urbanisation, l’histoire de son école et de sa vie pendant les deux guerres mondiales… L’ouvrage est une source précieuse de renseignements sur la commune. Albert Thiry, l’un de ses auteurs et par ailleurs fondateur de l’association historique, est intarissable sur sa ville d’adoption et de cœur. Ce Parisien né en 1936 s’est installé à Gometz-le-Châtel en 1990. Il n’en est plus jamais reparti.

Albert Thiry Gometz Photo LC
Albert Thiry a fondé l’association d’histoire en 1996. Il en est aujourd’hui le président d’honneur. Photo LC-M’Essonne
Une fontaine miraculeuse

On y apprend notamment que la fontaine Saint-Clair – autrefois dite de la Hacquinière – était réputée bien au-delà de la vallée de la Chevreuse et du Hurepoix. Redonnant la vue aux aveugles, fortifiant les malades, guérissant de la teigne ou faisant disparaître la fièvre, l’usage de cette « eau minérale et médicinale » fut déclarée « requis et nécessaire » par les médecins du roi Louis XIII en 1620 et a attiré la foule jusqu’au XIXe siècle.

L’ouvrage de l’association est l’aboutissement de dizaine d’années de recherches.

-> Voir l’introduction du dossier spécial Gometz-le-Châtel

Les derniers articles :

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Faîtes-en profiter vos proches.