Premier EP de Tip Stevens : « Je me suis beaucoup amusé avec les styles »

Guitariste et chanteur des Teacup Monster, réalisateur, scénariste, directeur artistique… Tip Stevens est un artiste plein de ressources et de créativité. Fin octobre, il a sorti le premier EP cinq titres de son projet en solo qu’il dévoilera en direct du Rack’Am. Condor est un concentré de musique électro énergisante -mais pas seulement- qui méritait bien un grand entretien avec son créateur.

M’Essonne : Comment est né ce projet ?
Tip Stevens : « C’est un truc que je veux sortir depuis très longtemps. Teacup Monster est mon projet principal mais j’ai toujours voulu sortir un projet solo. Les premières pistes que j’ai composées ont été faites dans le camion pendant la tournée avec Teacup Monster et certains projets datent de 2015. Après, ça a évolué mais disons que les premières idées de ce projet datent de cette époque. À chaque fois j’ai repoussé, mais les choses ont vraiment commencé il y a un an. Ça devait sortir en février mais finalement, avec tous mes projets, le confinement et un peu de procrastination [rires], c’est sorti en octobre.

M’E : Comment s’est passé le lancement de Condor ?
Tip Stevens :
« Je me demandais le retour que j’allais avoir des gens qui me connaissent, sachant que je n’ai pas spécialement de référence.… Je me suis beaucoup amusé avec les styles quand je composais et celles que j’ai gardé sont celles que je trouvais un peu en dehors. Au niveau style, ça ne fait penser à rien de spécial et je les ai trouvées très originales et j’ai eu envie de faire quelque chose avec, de les sortir. Moi-même je bosse sur un truc et je suis incapable de vous dire ce que c’est, je ne peux pas mettre d’étiquette.

M’E : Quelles ont été tes influences pour cet EP ?
Tip Stevens :
« Au niveau des influences, je suis très fan de tout ce qui est retrogaming, les sons de vieilles consoles et jeux vidéos. Je pense que cela s’entend pas mal dans l’EP. Après, j’ai beaucoup d’influences pop d’une manière générale. J’aime bien qu’il y ait toujours quelque chose d’évident, des choses simples. Puis aussi on peut entendre du dub, du rock… J’ai essayé de créer un petit univers. Je ne peux même pas expliquer pourquoi ou comment j’en suis arrivé à créer ce type de morceaux.

Pour lire en intégralité

S’identifierS’abonner

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Cet article vous a plu ? Partagez-le ;)