Arts et culture

Quand le corbillard naissait à Corbeil-Essonnes

Aujourd’hui, l’image que l’on a du corbillard est celle d’un véhicule noir et allongé, étudié pour le transport des défunts. Avant l’apparition du moteur à explosion, ce mot désignait les voitures à chevaux utilisées pour déplacer les morts.
Si le « corbillard » a évolué au fil des siècles et des inventions de nouveaux modes de transport, le mot quant à lui doit son origine à Corbeil-Essonnes.

Le pont de l'armée Patton actuel date de 1954. Photo LC-M'Essonne
La Seine était le canal principal de transport des marchandises au Moyen-Âge, à destination de Paris. Photo LC-M’Essonne

La ville située à proximité de Paris, était au Moyen-Âge un point stratégique pour approvisionner la capitale en bois ou matériaux, mais surtout en céréales qui passaient par les moulins de la ville avant de rejoindre Paris. L’acheminement des marchandises se faisait par la Seine, dans des bateaux à fond plat appelés les « corbeillards » par dérivation de « Corbeil ».
Toujours au Moyen-Âge, une grande épidémie de peste touche l’Europe et Paris n’est pas épargnée. Pour désengorger la ville de ses cadavres, ceux-ci sont acheminés extra-muros, par la Seine… Sur les corbeillards. Plus tard, au XVIIe siècle, le mot « corbillard » vient remplacer celui de « corbeillard » et son emploi est généralisé.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page