Excursion en pays de Saint-Arnoult 3/3 : réserve naturelle des étangs de Bonnelles

Entre Dourdan et Rambouillet, le sud des Yvelines fait partie du Parc naturel régional de la Haute vallée de Chevreuse. Bonnelles, et particulièrement sa réserve naturelle des étangs, est la troisième étape de cette excursion verte, à deux pas de l’Essonne.

À l’abri des regards, la commune de Bonnelles recèle un trésor de biodiversité : un site de 13 hectares classé Réserve naturelle régionale depuis 2016. Situé à l’emplacement d’un domaine ayant appartenu au marquis de Bonnelles puis au duc d’Uzès, c’est finalement au décès de la dernière propriétaire des lieux, la duchesse d’Uzès, en 1933, que la commune racheta une partie de la parcelle. Cette dernière comprend deux étendues d’eau, l’étang des Trois ducs et celui de Chartemps, reliés entre eux par un canal. Un circuit de découverte, en accès libre, permet de découvrir le lieu, sa biodiversité et ses éléments historiques.

Le sentier de découverte de la Réserve des étangs de Bonnelles.  © M’Essonne
Le sentier de découverte de la Réserve des étangs de Bonnelles. © M’Essonne

En effet, la réserve des étangs de Bonnelles a conservé des fabriques, ces petites architectures décoratives à la mode dans les parcs du XVIIIe siècle. La plus remarquable est le Pont du temple d’amour, qui trône fièrement au-dessus d’un cours d’eau. Il permet de rejoindre une île sur laquelle, une autre fabrique, l’Embarcadère des trois ducs a été réhabilité en observatoire pour les oiseaux. Çà et là, des petits ponts de pierre parfont le décor.

Le pont du temple de l'amour. © M’Essonne
Le pont du temple de l’amour. © M’Essonne
Vue sur l'étang des trois ducs. © M’Essonne
Vue sur l’étang des trois ducs. © M’Essonne
Une riche biodiversité

Sur le plan de la biodiversité, la réserve des étangs de Bonnelles ne compte pas moins de trente-quatre espèces de libellules ! Martin-pêcheur, bruant des roseaux, héron cendré, ou autres oiseaux nicheurs vivent dans la réserve, grâce à la richesse du milieu et ses zones humides. Même constat pour les espèces botaniques qui sont diversifiées et montrent quelques exemples de plantes protégées en Île-de-France, comme la fougère des marais.

Furtif, il faut ouvrir l'œil pour voir le martin-pêcheur. © FoundryCo-Pixabay
Furtif, il faut ouvrir l’œil pour voir le martin-pêcheur. © FoundryCo-Pixabay

L’accès à la réserve s’effectue soit par un petit chemin sur le côté gauche du collège des Trois moulins, soit au niveau des terrains de sport.

Plus d’informations sur le site internet de la commune de Bonnelles : www.mairie-bonnelles.fr

Voir en plein écran